prog_PDT_2016_web-1

2e Printemps de la Traduction: rencontre avec Yves Gauthier

Nous avons le plaisir de vous convier à une rencontre avec Yves Gauthier organisée en partenariat avec l’association ATLAS et Louison Editions dans le cadre du 2e Printemps de la traduction

Yves Gauthier parlera de son travail de traduction de Feu rouge, Roman cathédrale de Maxim Kantor, paru en janvier 2016 chez Louison Éditions

La rencontre sera animée par Éric Naulleau

fitFeu rouge:
« Fresque philosophique est le mot juste, s’agissant d’un artiste qui écrit comme il peint; s’agissant surtout d’un historien des idées qui promène Heidegger par les rues et les hôtels de Berlin comme s’il y était. Car nous sommes aussi dans une saga européenne où s’entrecroisent et évoluent trois générations de familles différentes qui nous font voyager des fronts de la guerre civile russe de 1917-1922 à ceux de l’actuel Donbass (2015) sur lequel « le roi blanc » Poutine à « la figure aussi inféconde et stérile que l’argile et le sable de Russie », admirateur invétéré du penseur russe fascisant Ivan Iline, fait impérialement main basse.

Ainsi va le lecteur de dulag hitlérien en goulag stalinien, de Moscou à Munich, des bas-fonds aux palais de l’Europe, de la pègre aux salons oligarchiques, entraîné par des ressorts narratifs où l’épopée le dispute au policier dans un étourdissant roman cosmopolite et humaniste qui tremble de voir flirter, avec des accents stendhaliens, le rouge et le… brun. »
 
 
Le traducteur:
Né à Poitiers en 1960, Yves Gauthier a grandi en banlieue parisienne où il s’est orienté vers des études de lettres. D’esprit xénophile, diplômé de russe apprenant aussi les langues anglaise et chinoise, il entreprend de découvrir le monde en commençant par l’Union soviétique dès le début des années 1980. Il n’ira jamais plus loin. Naufragé volontaire, comme lui-même se qualifie volontiers, il y restera plus de vingt ans (Moscou, Rostov-sur-le-Don). De cette expérience, il concevra l’idée que le voyage qu’il affectionne est celui qui s’éternise et donne des racines au déraciné, faisant monter en lui, comme par capillarité, la vraie sève du pays qu’il « visite ».

Exploration_Siberie_Garcia_GauthierYves Gauthier a signé depuis trente ans plusieurs dizaines de traductions du russe au profit de différents éditeurs. La Sibérie y occupe une place privilégiée avec notamment le Tchouktche Youri Rytkhèou (Unna, L’Étrangère aux yeux bleus, La Bible tchouktche, Le Miroir de l’oubli), les Russes Oleg Ermakov (Pastorale transsibérienne) et Vassili Peskov (Ermites dans la taïga et Des nouvelles d’Agafia). L’appel de la nature sauvage, présent dans tous ces titres, culmine dans sa traduction d’Avec les ours de Valentin S. Pajetnov.

Vyssotski_GauthierYves Gauthier est aussi l’auteur d’une dizaine d’ouvrages inspirés par la Russie. Là encore, on retrouve l’Asie russe avec L’Exploration de la Sibérie (1996, avec Antoine Garcia, prix François Millepierres de l’Académie française) ou Le Centaure de l’Arctique (2001). En 1991, la lecture du rapport secret de Youri Gagarine, déclassifié cette année-là, le met dans les pas du premier cosmonaute de l’humanité et le pousse à écrire Gagarine, ou le rêve russe de l’espace (1998).

Plus récemment, il a publié aux éditions Transboréal un livre magnifique consacré à Vladimir Vyssotski: Vladimir Vyssotski, Un cri dans le ciel russe

Entrée libre dans la limite des places disponibles

Voir le programme complet du Printemps de la traduction