ЖЕРЕБЦОВА4

Rencontre avec Polina Jerebtsova et Anne Nivat autour du Journal de Polina : une adolescence tchétchène

Polina Jerebtsova, aux côtés de la journaliste Anne Nivat, revient sur son journal intime publié pour la première fois hors de Russie ce 24 septembre 2013. L’auteur y témoigne de son adolescence vécue à Grozny lors de la deuxième guerre de Tchétchénie, en 1999. Les bombardements, mais aussi la faim, la maladie, et le déroulement du siège de la ville se mêlent aux expériences quotidiennes d’une adolescente curieuse. Anne Nivat, écrivain et grand reporter ayant reçu le prix Albert-Londres en 2000 pour son ouvrage Chienne de guerre : une femme reporter en Tchétchénie, nous apportera son propre témoignage de ces mêmes évènements, parfois appréhendés depuis une autre ville de Tchétchénie. Elle y pose un regard nécessairement différent, mais non contradictoire.

« 29 décembre 2000. (…) Les balles « dorées » scintillent. Il y en a pour tous les goûts ! La guerre a-t-elle recommencé ? », Le Journal de Polina, extrait.

« There is no evil in the book – just the life of civilians who fell into life in war », says Polina Jerebtsova, The Guardian

“Le journal de Polina a le mérite de donner la parole à d’autres héros – fillettes, femmes jeunes et vieilles (…). La tiédeur, la neutralité n’ont pas leur place dans son univers, où tout n’est que cataclysme. (…) à l’instar de l’écriture, l’exaltation de Polina est aussi une façon de survivre », Elena Rybakova, Moskovskie Novosti in Courrier International, 22 décembre 2011

Références : Jerebtsova Polina, Le Journal de Polina : une adolescence tchétchène, traduit du russe par Véronique Patte, Paris, Books Editions/France-Culture, 2013, préfacé par Anne Nivat, 550 p., EAN 9782366080322

Entrée libre