AVT_Vladimir-Lortchenkov_7283

Rencontre avec l’écrivain moldave Vladimir Lortchenkov

Nous sommes heureux de vous inviter à une rencontre avec Vladimir Lortchenkov auteur Des mille et une façons de quitter la Moldavie paru en avril 2014 aux éditions Mirobole.

A Larga, un petit village en Moldavie, tous les habitants ne rêvent que d’une chose : rejoindre l’Italie et connaître enfin la prospérité. Quitte à vendre tous leurs biens pour payer des passeurs malhonnêtes, ou à s’improviser équipe moldave de curling afin de rejoindre les compétitions internationales. Dans cette quête fantastique, vous croiserez un pope quitté par sa femme pour un marchand d’art athée, un mécanicien génial transformant son tracteur en avion ou en sous-marin, un président de la République rêvant d’ouvrir une pizzeria… Face à mille obstacles, ces personnages résolument optimistes et un peu fous ne renonceront pas. Parviendront-ils à atteindre leur Eldorado ?

« Vassili réfléchit un peu, puis il décréta :
– Nous allons faire voler mon tracteur. »

Des-mille-et-une-fa--ons-de-quitter-la-Moldavie-170414 (1)Vladimir Lortchenkov est né en 1979 à Chisinau. Fils d’un officier de l’armée soviétique, il a
sillonné durant son enfance l’URSS et ses pays satellites. Également journaliste, il a remporté plusieurs prix littéraires russes. Il vit avec sa femme et leurs deux enfants à Chisinau. Des mille façons de quitter la Moldavie (Все там будем) est son premier roman traduit en français.

« Ce roman est jubilatoire, totalement loufoque et déjanté, mais ultra original et on se régale à chaque chapitre ou presque des nouvelles idées saugrenues qui peuvent surgir pour enfin – enfin ! – atteindre l’Italie.  » Liliba

« Je l’ai lu avec jubilation. On pense d’abord à Paasilinna, un goût commun pour la farce corrosive. Au « Pingouin » de Kourkov, le burlesque comme bouée de sauvetage dans la déglingue post-soviétique. A notre cher Hergé, la Moldavie est une vraisemblable Syldavie. D’un pays improbable à l’image négative, « le pays le plus pauvre de l’Europe », le livre nous donne une image humaine de la Moldavie: un pays qui sait se tourner en dérision gagne du coup beaucoup en sympathie » Librairie Henri IV Paris