Club_Voyageur_001

Rencontre avec Sylvain Tesson

La Librairie du Globe démarre en cette rentrée un cycle d’échanges sur le thème du voyage en Russie.

Connu ou inconnu, un voyageur nous fera chaque mois part de son expérience afin de la transformer en événement participatif : à la Librairie aura lieu une rencontre animée par un voyageur revenu de Russie, passionné par son voyage et désireux de témoigner par tout type de support tel que la photographie, le récit oral, la vidéo, des extraits de roman, des conseils pratiques…

Pour inaugurer ce Club des voyageurs en Russie, nous avons l’immense plaisir de recevoir Sylvain Tesson.

« Et si la liberté consistait à posséder le temps? », Sylvain Tesson, Dans les forêts de Sibérie

Géographe, voyageur et aventurier, Sylvain Tesson est passionné par le Russie, qu’il à sillonné en long et en large.

Après un tour du monde à vélo en 1993, il a traversé l’Himalaya à pied, puis les steppes d’Asie centrale à cheval, donnant lieu à la publication un Carnet de steppes en 2002, en collaboration avec Priscilla Telmon. Il a également suivi l’itinéraire des évadés du Goulag depuis la Sibérie, ou encore retracé le chemin de la retraite de Russie sur les pas de Napoléon.

Sylvain Tesson dans sa cabane du lac baïkal

Au cours de ses nombreuses excursions eurasiatiques, il a développé un goût pour l’écriture et ses récits sont peu à peu devenus des oeuvres littéraires uniques, véritables invitation au voyage et à la méditation.

« Assez tôt, j’ai compris que je n’allais pas pouvoir faire grand-chose pour changer le monde. Je me suis alors promis de m’installer quelque temps, seul, dans une cabane. Dans les forêts de Sibérie. J’ai acquis une isba de bois, loin de tout, sur les bords du lac Baïkal. », Sylvain Tesson, Dans les forêts de Sibérie.

Son dernier ouvrage en terre russe intitulé Dans les forêts de Sibérie (2011), est l’aboutissement d’une expérience aussi étonnante qu’unique : vivre en ermite pendant six mois dans une cabane en Sibérie. Il a obtenu le Prix Médicis Essai 2011.

« Sylvain Tesson excelle à restituer l’intensité de son voyage immobile », L’Express