60 ans d’histoire

  • MP_120516_A_RYBAKOV-3
  • MP_130421_IMG_1199
  • MP_130421_IMG_1201
  • MP_130421_IMG_1202
  • GLOBE
  • MP_020925_DSCN0407
  • MP_120516_A_RYBAKOV-4
  • MP_120516_OLGA-1
  • MP_120516_SLAVA
  • VLADY
  • OUSPENSKI-1
  • OUSPENSKI-2
  • POZNER

Il se prit de passion pour les librairies… Dans « le Globe » russe soviétique ses mains se tendaient vers les livres d’Akhmatova, Mandelstam, Tsvetaeva, Boulgakov, Platonov. A Moscou ou Leningrad on les trouve sous un porche sous le manteau du spéculateur et ici ils sont empilés, prends en tant que tu veux. Et chez Kaplan rue de l’éperon ou dans la boutique YMCA une mer d’ouvrages anti-soviétiques avérés. Les premiers mois Achotte ne pouvait digérer cette abondance, cette flot précipité de littérature émigrée. Tous ces Nabokov, Aldanov, Merejkovski, Zaïtsev. Et « le Goulag », Andreï Siniavski, les inédits de Platonov et le « Requiem » d’Akhmatova. Comment était-ce possible de digérer tout cela ?

Viktor Nekrassov « Une petite nouvelle triste », Moscou, Izd. Knizhnaja Palata 1990, p. 358

60 ans d’histoire

Premières années 1952-1957

La librairie du Globe est crée en 1952. Elle est la représentante en France d’un réseau mondial de librairies soviétiques.

Située initialement rue des Carmes, la librairie emménage rue de Buci en 1956, où elle devient un lieu de rencontre pour ceux qui s’intéressent à l’Union Soviétique ou à la langue et la culture russe. Dès les premières années, la librairie se spécialise tout particulièrement dans la diffusion de méthodes de russe et de littérature soviétique en russe et dans sa traduction française.

En 1957 à la suite de la signature d’accords de coopération culturelle franco-soviétiques, la librairie du Globe voit renforcé sont rôle de lieu principal pour les manifestations littéraires interculturelles. Y est crée un club de lecteurs francophones.

Années 60 et 70

Dans les années 60 et 70, puis dans la première moitié des années 80, le Globe est le principal agent de diffusion de la littérature, musique et des publications scientifiques en provenance de l’URSS. Le Globe est également éditeur de méthodes de russe, de dictionnaires et de littérature russe en français.

La librairie du Globe accueille des rencontres avec les plus grands écrivains venus d’URSS, tels que Constantin Paoustovski, Tchinguiz Aïtmatov, Anatoly Rybakov, Viktor Nekrassov, etc. En octobre 1963, elle accueille Iouri Gagarine lors de son passage en France.

Perestroïka et avènement de la nouvelle Russie

Pendant la Perestroïka, l’intérêt pour l’Union Soviétique, puis pour la Russie est énorme. Le Globe devient à cette époque une filiale directe de la société russe « Mezhdunarodnaya Kniga ». Il est la principale source de littérature et de presse russe. En 1998+ au terme d’un long conflit avec le propriétaire de ses murs, la librairie est néanmoins contrainte de quitter le quartier latin pour s’installer Boulevard Beaumarchais non loin de la Bastille.

Les années 90 sont marquées par une baisse d’intérêt pour la Russie et l’apprentissage du russe. Le système d’export de livre et le paysage éditorial russes son bouleversés. En 2003 la librairie du Globe en subit les conséquences et dépose le bilan.

couv_GLAGOL4
Article sur l’histoire du Globe paru dans le 4ème numéro d’almanach « Glagol »

Nouvelle époque – nouveau Globe

Fin 2003 les actionnaires actuels reprennent le fond de commerce en liquidation et après quelques travaux la librairie ouvre à nouveau ses portes en avril 2004.

Indépendante, la librairie devient un lieu de rencontres et de découvertes pour ceux qui s’intéressent à la langue et la culture russe dans toute sa diversité, pour les russophones vivant en France.

Depuis 2004 y ont été organisées plus de 150 rencontres et évènements.  Parmi les auteurs et autres personnalités accueillies on retrouve Lioudmila Oulitskaïa, Vassili Axionov, Vladimir Sorokine, Zakhar Prilepine, Andreï Guelassimov, Andreï Kourkov, Alexandra Marinina, Boris Akounine.

La librairie du Globe a reçu le label LIR en 2010.

LABEL_LIR