Livraison France offerte à partir de 80€ d'achat

Dimanche 21 décembre a 15h Lecture et présentation de Roman Rouguine, La Chatte qui a sauve le monde

Avec les participations d’Anne-Victoire Charrin spécialiste des cultures des peuples autochtones de Sibérie et des traducteurs : Carine Puigrenier et Dominique Samson. Lecture des extraits en russe : Ludmila Chvedova. LA CHATTE QUI A SAUVÉ LE MONDE Roman Rouguine Traduit du russe par Carine Puigrenier et Dominique Samson de Chambourg Edition établie et préfacée par Anne-Victoire Charrin Dans la taïga, pêcheurs, éleveurs de rennes et chasseurs d’ours, cadres du Parti et pétroliers se sont longtemps croisés, souvent s’ignorant, parfois s’entraidant, parfois s’opposant avec fracas. Puis, dans le tourbillon des premières années de la reviviscence, les Khantys de l’Ob se lancèrent tous azimuts dans l’exploration du monde de leurs ancêtres. Il leur fallait revendiquer des droits sur des territoires dorénavant occupés par les industries pétrolières et gazières, réintroduire une langue malmenée durant des décennies, rassembler les brisures de traditions bannies afin de renouer les chaînons d’une existence éternelle. Conscients du désastre culturel lié à la passivité imposée à l’oralité, les écrivains partent à la recherche d’une parole autochtone dissoute dans un monde qui n’était pas le leur. Roman Rouguine réinvestit l’imaginaire des Khantys du Nord, laissant apparaître, au milieu du Chaos des origines, une somptueuse Chatte sacrée, l’envoyée de Pal Touram, entité céleste suprême de ce peuple finnoougrien. À l’instar de la Chatte égyptienne, elle est fille du Soleil et descend sur la Terre afin d’aider les hommes à organiser les choses d’ ici-bas. Ces « histoires sacrées », racontées de nouveau dans les années 90 par les anciens du village natal de l’auteur, permettent aux jeunes générations de se réapproprier un monde sacral effacé des mémoires, et au lecteur occidental de découvrir un peuple dans les profondeurs chamarrées de son imaginaire. Il s’agit là d’une oeuvre représentative de l’engagement de l’auteur dans le mouvement de renaissance khantye qui, loin de tout passéisme, tente la refondation identitaire de ce peuple de près de trente mille individus. Roman Rouguine, La Chatte qui a sauve le monde (Editions Paulsen, 2008) Traduit du russe par Carine Puigrenier et Dominique Samson de Chambourg Edition établie et préfacée par Anne-Victoire Charrin