Livraison France offerte à partir de 80€ d'achat

Vendredi 27 janvier à 19h30, rencontre avec Elena Botchorochvili

Rencontre avec Elena Botchorochvili a l’occasion de la parution aux éditions Naïve de son roman Le tiroir au papillon suivi de La tête de mon père Le tiroir au papillon : « Grand-père était prince, et les communistes n’aimaient pas ça ». Dans ce roman, Elana Botchorichvili écrit abruptement, les vies sans douceur. On a mal, on ne pleure pas, on prend son fusil, on se tait, sauf quand Staline meurt ! Quand Staline meurt, on crie de joie et de colère ! L’auteur dresse un portrait au vitriol de la Géorgie au travers de l’histoire de la famille Arechidzé, de même que le destin de tout un peuple, depuis l’instauration de la Géorgie soviétique en 1921 jusqu’aux conflits armés du début des années 90. « La tête de mon père est sur une montagne près de Gori, dans la région de Tchatchoubeti. » C’est ainsi que le narrateur du roman commence sa lettre à son fils, qui vit au Canada. Mais comment lui expliquer la façon dont les gens dansaient et vivaient en Union soviétique ? Comment on y travaillait et on y combattait ? Comment dire la rencontre entre ses parents, sa mère – une fête, pas une femme – qui était ventriloque au cirque et son père qui « saucissonnait » des discours pour les dirigeants communistes ? Comment raconter cette guerre qui a éclaté pendant que des gens prenaient le soleil sur la plage ou que d’autres faisaient les courses ? Elena Botchorichvili est née en Géorgie et vit à Montréal. Elle est l’auteur de cinq romans publiés au Québec. En plus du français, ses romans sont traduits en italien, en roumain, en géorgien, en portugais et en tchèque. Elle a initié un nouveau genre littéraire, le « roman sténographique ». Elle écrit en phrases très courtes, pleines de subtilité et d’humour noir. Elena Botchorochvili sera également présente aux Journées du Livre russe les 28 et 29 janvier.