Livraison France offerte à partir de 80€ d'achat

FILMER L'ORIENT. POLITIQUE DES NATIONALITES ET CINEMA EN URSS (1917-1938)

FILMER L'ORIENT. POLITIQUE DES NATIONALITES ET CINEMA EN URSS (1917-1938)

Prix normal
30,00€
Prix réduit
30,00€
Prix unitaire
par 
Taxes incluses.
EAN/UPC: 9782847431421

Dès les premières années qui suivent la révolution de 1917, les bolcheviks ont à coeur de communiquer avec les différentes populations de l'ancien empire de Russie qui ont été fortement discriminées sous les Tsars. Des centaines de peuples aux langues, aux religions et aux traditions différentes cohabitent dans les territoires de l'ex-empire reconquis par les Soviétiques. Dans une situation politique très instable, il est alors urgent de légitimer, auprès de tous, ce nouveau pouvoir venu de Moscou et d'informer de la politique égalitariste engagée par Lénine sur le plan des nationalités.
Le " grand muet ", comme est alors appelé le cinéma, est invité à jouer un rôle essentiel dans cette tâche. Dans ce but, une structure cinématographique, Vostokkino — le Cinéma oriental — est conçue en 1926 afin de représenter " de manière authentique " les Orientaux dans les films, de développer le réseau de distribution de cinéma auprès de ces populations, mais surtout de les former aux métiers du cinéma.
Tombé dans l'oubli, Vostokkino a pourtant produit plus d'une centaine de films de genres divers (fiction, actualité, film ethnographique, film d'éducation politique, film d'enseignement). Sa disparition, en 1935, correspond d'une part à la fin de la politique de promotion des identités nationales et, d'autre part, à la centralisation qui s'est accompagnée de la mise au pas des structures cinématographiques des républiques et régions nationales.
Cet ouvrage, fondé sur le dépouillement de nombreux documents d'archives soviétiques, de la presse de l'époque et l'analyse de films inédits, revient donc sur cette histoire méconnue qui a pourtant suscité un intérêt incroyable dans la société soviétique au tournant des années vingt et trente. Il donne à repenser à travers l'objet cinéma les rapports interethniques dans l'uRss du premier stalinisme, l'organisation des institutions artistiques et politiques et à réévaluer la puissance de la propagande par les films.
Il permet enfin de restituer l'histoire d'une aventure cinématographique, celle de Vostokkino, dont la grande majorité des films a aujourd'hui disparu, et de rappeler le destin de ces cinéastes, confirmés ou apprentis, qui pour beaucoup ont disparu dans les grandes purges de la fin des années trente.