Livraison France offerte à partir de 80€ d'achat

SAMSON LE NAZIR

SAMSON LE NAZIR

Prix normal
23,00€
Prix réduit
23,00€
Prix unitaire
par 
Taxes incluses.
EAN/UPC: 9782845451346

Vladimir Jabotinsky choisit de démystifier un des héros bibliques les plus profondément ancrés dans le mythe. Sa naissance miraculeuse, d'une mère qui, auparavant, était stérile comme bien d'autres héroïnes bibliques, est ici due à un viol. Sa force fabuleuse n'est plus qu'un phénomène purement physique, lié à l'hérédité ; et la perte de sa chevelure lui est fatale non parce que sa toison serait signe de la puissance qu'a Dieu sur lui, mais parce que Samson est prisonnier d'une symbolique qui veut que la tonte soit une marque d'infamie.
Samson n'avance pas sous le regard de Dieu, comme les hommes de son temps, mais se débat au milieu de signes qu'il tente désespérément de décrypter, tel un barbare qui se serait trouvé en Europe au début du XXe siècle. Certes, tout comme dans le récit biblique, la perfide Dalila le prive un instant de sa force (et la pilosité est associée dans les anciennes civilisations à ce qu'il y a d'animal en l'homme, notamment la force brutale par opposition à l'intelligence) : ses cheveux ayant repoussé, Samson osera se montrer et se vengera en secouant les colonnes du temple, symboles des institutions, des valeurs morales, des fondements de la société des Philistins, afin d'inaugurer un ordre nouveau, celui qui unifiera les Hébreux en terre d'Israël.
En parcourant en imagination la Terre promise au cours de cette libre reconstruction du célèbre passage du Livre des Juges, Jabotinsky semble poursuivre sa quête de la langue originelle à travers sa langue maternelle : creuser plus profond le russe pour trouver de l'hébreu au-dessous est pour lui une occasion non seulement de redonner un héros à la nation juive renaissante, mais, aussi, de rappeler que toute force porte en elle une faiblesse et que l'une des ressources du judaïsme réside dans son humour face à l'adversité.
Samson, dont la dernière formule adressée à son peuple est : " Apprenez à rire ", nous touche peut-être tout particulièrement parce que nous lui reconnaissons un léger accent d'Odessa.